Secteur Nord

Publié le par Collectif PDU

Version 1.0

Discussions sur le forum

Coordinateur : CASTELginest ENVironnement et cadre de VIE

 

Le développement urbain de l’Agglomération toulousaine entraîne la dispersion dans son espace rural des zones d’emploi, d’habitation, de commerce, de loisirs…
Cet allongement des distances oblige à une motorisation des ménages, il rend difficile l’organisation des transports en commun, il est peu favorable à la pratique de la marche et du vélo. Et la réalisation de voies express pénétrantes a souvent des résultats pervers : en réduisant les temps de trajet elles permettent d’accéder à des espaces de plus en plus lointains et donc une urbanisation de plus en plus éclatée. La périphérie toulousaine s’asphyxie peu à peu. C’est le cas du secteur nord que l’actuel PDU ne semble pas favoriser.


ETAT DES LIEUX

Le Secteur Nord est caractérisé par un ensemble de petites communes soumises à une urbanisation rapide, reliées à Toulouse et aux zones d’emploi par de petites routes, les mêmes qu’empruntaient autrefois les charrettes des cultivateurs de violettes ! Les axes actuellement empruntés par la circulation sont : la D 15 (Montberon, Pechbonnieu, Fontbeauzard, Launaguet) ; la D 14 (Cépet, Gratentour, Castelginest, Aucamville) ; la D 4 (Bouloc, Bruguières, St Alban, Aucamville) ; la N20 et l’A 62 à péage. Cette dernière n’est utilisée que par ceux qui peuvent accepter une dépense financière supplémentaire.

L’ensemble de ces voies est en état de surcharge chronique notamment le matin et le soir. Même l’A 62 retrouve, après le péage, les blocages habituels des rocades.

Les transports en commun, ne bénéficiant pas de couloirs réservés, sont englués dans cette circulation et restent donc peu attractifs.


CONSTATS

La grogne sur le terrain :
· Création de deux Associations à Bruguières, pour dénoncer l’intensification du trafic poids lourds et voitures sur la D 4 et la D 77.
· Création d’une Association à Cépet contre la création d’un collectif de 70 logements dans le centre du village : encore plus de voitures !
· Le maire de Fenouillet déclare dans la presse, à propos des problèmes de transport, « nous sommes une zone sinistrée ».
· Le maire de Montastruc demande une 2° voie ferroviaire entre sa ville et Toulouse.

A quelques mois de l’ouverture de la ligne B du Métro, aucune concertation, aucune information sur la réorganisation des bus.


PROPOSITIONS

Aménagement des voies existantes

Le fait de rendre les transports en commun plus efficaces, donc plus attractifs, entraîne, par simple transfert, une diminution de la circulation automobile et une réduction des émissions polluantes. La densification récente des constructions sur ce secteur et notamment le long des voies précitées, réduit considérablement les possibilités d’aménagement des chaussées. Toutefois des solutions doivent impérativement être trouvées, avant d’arriver à un blocage complet, qui semble imminent.

Est-il vraiment utopique de penser que des espaces longeant ces voies (actuellement occupés par du stationnement, des poteaux et obstacles divers) puissent être transformés en voies de bus, momentanément et alternativement, aux heures de pointe dans un sens le matin et à l’inverse le soir ?


Tramway

Dans un tout proche avenir toutefois un moyen plus autonome, comme le tramway, devra être créé pour permettre une liaison rapide de ces communes vers le Métro.


Liaison ferroviaire

Des voies de chemin de fer existent sur ce secteur. Depuis la mise en sommeil de la gare de triage de Saint-Jory entraînant la suppression de nombreux trains de marchandises certaines voies sont disponibles notamment la troisième voie dite « voie banale » entre Saint-Jory et Toulouse.

Ainsi comme l’a demandé récemment le maire de fenouillet (La Dépêche du 11/01/2007) des navettes ferroviaires cadencées entre Saint-Jory et Toulouse Matabiau desservant les gares de Fenouillet, Saint-Alban, Lacourtensourt, Les Izards, permettraient de rejoindre en quelques minutes le centre de Toulouse et les lignes A et B du métro, un parking de grande capacité étant aménagé en réhabilitant en partie l’ancien site industriel de SOFERTI (12 hectares).


Liaisons cyclables

Des pistes cyclables existent également, mais morcelées et insuffisantes. Une meilleure collaboration intercommunale permettrait de réaliser un vrai réseau, jalonné de garages à vélo. Un souhait à court terme : une liaison cyclable en site propre jusqu’aux futures stations de métro (Borderouge, Isards, Pont de la Vache) avec des garages à vélos qui permettraient le stationnement sécurisé et par ailleurs une passerelle piétons/cyclistes/handicapés sur l'Hers pour relier Castelginest à l'aire intercommunale de l'Hersain de Saint-Alban (projet prévu depuis longtemps).


Boulevard Urbain Nord (BUN)

La création d’un Boulevard Urbain Nord est évoquée depuis des décennies. La transversalité de son trajet serait un atout indéniable pour désenclaver ce secteur vers le bassin d’emploi aéronautique de Colomiers-Blagnac et vers la tête du Métro. Sa réalisation est éminemment souhaitable, à condition qu’il accorde une prééminence aux transports en commun et autres transports alternatifs et que son impact sur l’environnement soit non seulement bien étudié mais également bien réalisé.


Covoiturage

Si une diminution de la circulation automobile est souhaitable, sa suppression est utopique. Le mieux qui puisse être envisagé c’est de favoriser un meilleur remplissage des véhicules. La solution existe : le covoiturage. Le principe en est fort simple, la réalisation est plus complexe, mais surtout la motivation des usagers nécessite une information importante. En s’appuyant sur l’expérience de COVOITUVAL dans le sud, et leur site internet, la promotion du covoiturage pourrait être organisée dans le nord, si les communes de ce secteur et les différents organismes concernés pouvaient apporter leur soutien.

Commenter cet article